Radius: Off
Radius:
km Set radius for geolocation
Search

Le rite funéraire par religion

Le rite funéraire par religion

Le rite funéraire (ou funérailles) est un ensemble de gestes et de paroles accompagnant l’agonie puis la mort d’un être humain.
Les anthropologues considèrent généralement que les rituels funéraires sont un des fondement ou critères du passage à l’humanité.
Ces rites semblent relever depuis toujours de la religion, mais la reconnaissance dans le monde contemporain d’une philosophie agnostique modifie la prise en compte des derniers instants de la vie et/ou permet l’émergence d’un nouveau type de rites et cérémonies.
La nature du rituel varie selon l’époque, le statut social du défunt, les croyances d’une société, les conditions du décès et parfois selon la volonté du défunt.
L’étude rétrospective des rituels funéraires par les indices laissés dans les tombes, croisées avec d’autres éléments archéologiques, permet de délimiter l’aire géographique et parfois l’histoire de sociétés disparues.
De même l’ethnologie attache une grande importance à l’étude des rites funéraires, qui éclaire la compréhension des rapports entre les individus et avec le monde tels qu’ils le conçoivent.
Les funérailles et le deuil collectif sont aussi l’occasion de moments particuliers de sociabilité qui marquent l’histoire d’un groupe.
– Un moment clé – pour un individu ordinaire – est l’embaumement, la crémation ou l’enterrement (inhumation) et plus rarement l’immersion en mer, l’anthropophagie (vraie ou symbolique, avec par exemple la consommation des cendres du cadavre brûlé) ou l’offrande du cadavre (généralement découpé, comme chez les peuples de l’Himmalaya) aux vautours.
– Les personnages célèbres ont parfois droit à des funérailles « exceptionnelles ». La nature de l’hommage ultime et collectif ainsi que la mise en scène de la cérémonie, et l’érection d’un monument laissé à la postérité[3], varient suivant les époques et les périodes. Il est arrivé qu’on sacrifie l’entourage du défunt à sa mort.
Des comportements évoquant des rites funéraires ont été observés chez les animaux comme les éléphants et les hippopotames. On pourra consulter à ce sujet l’ouvrage de Julian Huxley, Le Comportement rituel chez l’homme et chez l’animal.

Égypte antique

Le deuil familial
La famille exprime sa peine en couvrant les cheveux de limon ; chaque membre se frappe la tête avec la main gauche (main de la mort). Les hommes de la famille ne se rasent pas pendant 70 jours, ce qui correspond à la durée du cycle de l’étoile Sirius.

Momification
Les premiers essais de momification égyptienne datent d’environ 3000 av. J.-C. La technique connaît son apogée au XVIe siècle av. J.-C.. Le corps est conduit dans l’atelier de momification : les prêtres-embaumeurs proposent à la famille plusieurs séries de momies, plus ou moins coûteuses.
Le livre des morts est l’ensemble des papyrus contenant des formules magiques mis à l’intérieur du sarcophage. L’ouverture de la bouche du mort symbolise le retour du ka dans le corps.
Le corps est étendu sur un lit de pierre aux pieds ayant la forme de pattes de lion. On injecte dans le crâne une résine par un entonnoir. Le prêtre affublé du masque d’Anubis, pratique une entaille au côté gauche (le souffle vital entre par l’oreille droite et ressort par la gauche). Il enlève les viscères sauf le cœur, car il sera pesé par Anubis dans l’au-delà. Les viscères sont lavés avec du vin de palme puis du natron. Ils sont conservés dans 4 vases canopes. On peut aussi placer des oignons dans le corps, symbole de la renaissance. Le bain de natron dure environ 70 jours, puisque si la durée du bain est trop longue les os deviennent cassants, si par contre elle est trop courte, la peau ainsi que les os ne se conserveront pas assez longtemps. La plaie recousue est recouverte d’une petite plaque de cire d’abeille ou de métal, décorée d’un Oudjat (œil d’Horus, enlevé par Seth et remis par Thot). Le visage est maquillé, une perruque est parfois posée. Comme le natron détruit les yeux et la langue, il faut les remplacer par des faux yeux en pâte de verre, en pierre, en oignons ou en feuilles d’or. Il faut 150 mètres de bandelettes pour entourer le corps d’un adulte. La dernière étape est la pose d’un masque de carton, de bois (rare donc cher), de plâtre ou d’or-argent.
Les sarcophages
Les premiers datent de 3300 av. J.-C. (en roseau et de petite taille). Sur le couvercle, les décorations représentaient :
-Nout, aux ailes déployées
-un œil oudjat qui permet au mort de voir
-un pilier Djed
-les 4 fils d’Horus
-les déesses Isis et Nephtys.

Les funérailles

Les Égyptiens situaient le royaume des morts sur la rive occidentale du Nil, là où se couche le soleil : on transporte donc le corps du défunt avec un cortège de pleureuses. Le convoi apporte des cadeaux, de la nourriture … La momie est couverte de fleurs posée sur un traineau en forme de barque tiré par deux bœufs. En tête de la procession se trouve un prêtre vêtu d’une peau de léopard qui écarte les mauvais esprits grâce à de l’encens, du lait et de l’eau du Nil. Les gens sont habillés en blanc, la couleur du deuil en Égypte. Un deuxième traineau apporte les vases canopes.
Devant la tombe, muni d’une herminette, le fils du défunt touche la bouche, les narines, les yeux et les oreilles du mort pour qu’il puisse retrouver ses sens. Ce rite permet au ka et au ba de réintégrer le corps. Ensuite, on fait généralement le sacrifice d’un bœuf. La veuve embrasse la momie et lui donne un collier de fleur de lotus bleu, symbolisant le ciel. Puis on l’enferme dans son sarcophage avec le Livre des morts. On dresse des tentes devant la tombe pour un banquet : c’est l’occasion de déguster le bœuf sacrifié. Les invités portent un collier de fleur de lotus bleu.
Pour qu’une âme ne soit pas errante, il lui fallait une demeure. Si elle n’était pas fixée dans un tombeau et alimentée par des offrandes, elle errait, sans cesse et ne tardait pas à devenir malfaisante. Elle tourmentait les vivants, leur envoyait des maladies et faisaient de fréquentes apparitions nocturnes pour rappeler aux vivants qu’ils lui devaient une sépulture.
Cette croyance créa une règle de conduite. Le mort ayant besoin de nourriture et de breuvage, on estima que c’était un devoir pour les vivants de satisfaire ces besoins. À cette condition, il protégeait tous les membres de sa famille, de sa tribu et même de sa bourgade.
L’usage de pleureuses professionnelles était courant.

Grèce antique
Le premier rite était la toilette du mort. Ensuite venait l’exposition du défunt sur un lit. Les pleureuses se griffaient le visage devant lui, se tiraient les cheveux en pleurant. Enfin avait lieu le cortège funèbre et le corps était inhumé ou incinéré.
La mort sans sépulture ne permettait pas de monter au Paradis, de monter dans le ciel et de connaître le repos éternel. L’âme de l’homme était condamnée à rester sur Terre parmi les vivants, sans but.
A cette époque, la mort est considérée comme une délivrance, un honneur, si les rites sont effectués correctement.

Rome antique
Dans la Rome antique, l’appartenance à la classe sociale influence le faste des rites. Les riches se font en principe incinérer, les plus pauvres comme les esclaves sont jetés dans des fosses communes sans cérémonie. Les rites ont également changé avec l’abandon de la religion romaine au profit des cultes orientaux comme le christianisme. Il est courant que certains hommes, dont les empereurs à travers le culte Impérial, fassent l’objet d’un culte après leur mort.
Celtes, Germains et Scandinaves
Dans la Normandie celte et gallo-romaine, l’usage était courant d’enterrer une personne avec une statuette en terre cuite d’une déesse-mère. Les archéologues ont retrouvé des dizaines de ces objets.

Judaïsme :
L’agonie
Dès les signes de l’agonie, il est recommandé de ne plus quitter l’agonisant (gossess). S’il est interdit aux Juifs de hâter la mort, sauf, parfois, par la prière, il leur est prescrit de le réconforter par tous les moyens possibles, et de ne pas prolonger l’agonie. On encourage les agonisants conscients à confesser leurs péchés, exprimer leurs dernières volontés (orales), et les dernières recommandations à la famille (les « bénédictions » dans la Bible hébraïque). Il existe des bénédictions consacrées à l’approche du décès et lors de celui-ci. Sitôt le décès établi, il faut prévenir la Hevra Kaddisha et demander le transfert de la personne décédée à domicile pour la veiller en récitant des Psaumes. Cette tâche est généralement confiée à un membre de la Hevra Kaddisha plutôt qu’un proche de la personne disparue. Deux heures après le décès, on le dépose au sol, recouvert d’un drap, les pieds en direction de la porte, une bougie près de la tête ou des pieds.

La purification :
La purification (tahara) est une toilette funéraire réalisée avec grande pudeur et respect de la personne décédée par la Hevra Kaddisha. Des prières et sections de la Bible (Cantique des Cantiques, Psaumes, …) peuvent être lues. Après la toilette, la personne décédée est revêtue de takhrikhim, draps blancs évoquant les habits du Grand Prêtre, équivalents au linceul, et délicatement déposée sur un lit de paille au fond du cercueil (qui, en hébreu, se dit Aron, comme l’Aron Hakodesh, dans laquelle sont placés les rouleaux de la Torah). En Diaspora, il est de coutume d’y mettre une poignée de sable provenant de la terre d’Israël, car c’est là que, selon la tradition, le Messie ressuscitera les morts. Une fois le corps purifié et vêtu, le cercueil est scellé, après que les proches ont demandé pardon à leur disparu, sans le toucher, afin de ne pas le désécrer. En Israël, une coutume répandue est de n’utiliser aucun cercueil, mais de recouvrir le corps de takhrikhim plus épais, recouverts par un tallit (pour les hommes).

La veillée du corps :
Après la tahara, lorsque l’enterrement ne peut avoir lieu le jour du décès (comme cela se pratique en Israël), on effectue une shemira (« veillée ») du corps.
Un shomer peut être un membre de la Hevra Kaddisha, mais de façon plus générale, toute personne, de préférence pas un proche du malade (qui est endeuillé), qui veille à ce que le corps de la personne disparue ne soit pas désécré, et récite des Tehillim (Psaumes) pour l’élévation de son âme jusqu’à l’enterrement.

La levée du corps :
La cérémonie est présidée par un rabbin, qui lit des Psaumes, en présence de la famille et des amis venus rendre hommage à la personne disparue et sa famille. On attend que le cercueil ait quitté le domicile ou la morgue avant de l’accompagner, à pied ou en voiture si le chemin est long jusqu’au cimetière. Au cimetière, on escorte le cercueil jusqu’à la dernière demeure, en marquant des arrêts, au cours desquels certains sonnent du Shofar, car selon la tradition, le Messie en sonnera lors de la résurrection des morts. On ne salue et ne répond à personne jusqu’à la mise en terre. Si on a un parent enterré dans le cimetière, on s’abstient de le visiter pendant l’enterrement (avant ou après, c’est autorisé).

La Levaya (inhumation)
Levaya ne signifie pas exactement Inhumation mais Accompagnement (du mort). Elle se fait sans fleurs ni couronnes et sans musique. Dans la tradition ashkénaze, on récite une bénédiction en entrant au cimetière (si l’on ne s’y est pas rendu depuis un mois). On se rend ensuite dans une salle où le rabbin prononce le hesped (éloge funèbre). Le mort est déplacé les pieds vers l’avant. On récite le Psaume 91 lors du convoi du cimetière, la hachkava et le El Male Rahamim. Le rabbin jette trois pelletées de terre, imité par les proches puis les assistants. Une fois la fosse comblée, on récite le Kaddish lehidhadeta, puis le Tzidouk Haddine. On console ensuite les endeuillés par la formule « Hamaqom yéna’hem etkhèm bètokh shear avelé Tzion viYroushalaïm » (Que le Lieu vous console parmi les endeuillés de Sion et de Jérusalem). En quittant le cimetière, certains arrachent une poignée d’herbe (symbolisant la résurrection). On se lave les mains sans les essuyer. Dans la tradition sépharade, on ajoute au Psaume 91 la prière de Rabbi Nehounia bar Haqana et, lorsqu’il s’agit d’une femme, le Eshet ‘Hayil (Femme vaillante). C’est à ce moment qu’on pratique la qeri’ah (déchirure). La prière de consolation est un peu plus longue.

Christianisme
Temps mérovingiens
La pratique de l’obole à Charon subsiste durant le début de l’époque mérovingienne, en dépit des progrès du christianisme comme en témoigne l’exemple de la sépulture X d’Hérouvillette (musée de Normandie à Caen). Dans les tombes des guerriers francs, officiellement catholiques depuis le baptême de Clovis (vers 496), l’usage de se faire enterrer près de la tombe d’un saint, dans la nef ou à proximité des basiliques est de plus en plus courant. Les corps étaient enterrés les bras le long du corps, les jambes légèrement écartées ; plus tard, la position se modifie (bras croisés sur la poitrine). Les tombes sont disposées en rangées (caractère mérovingien apparu à la fin du IVe siècle au nord de la Gaule). L’orientation du corps n’est d’abord pas fixée. Au cours du Ve siècle, les pieds sont mis à l’est et la tête à l’ouest. Au VIIIe siècle, sous l’influence du clergé, les usages funéraires des Francs se modifient radicalement : seuls les aristocrates sont alors enterrés habillés avec du mobilier funéraire. Le dépôt de nourriture dans la tombe est aussi de plus en plus rare. Les villes se dotent de nécropoles urbaines, alors que les Romains les avaient rejetées en périphérie.

Selon le rite paulinien
Le concile Vatican II a profondément remanié les cérémonies du culte catholique, y compris l’organisation des funérailles. Aujourd’hui, on appelle l’extrême-onction sacrement des malades et il peut être administré aux croyants qui en font la demande lorsqu’ils sont atteints d’une maladie grave, pour s’attirer la bienveillance divine et la guérison de leur mal.
La famille, les proches et les amis du défunt se réunissent à l’église pour la célébration d’une eucharistie (messe) ou non selon la disponibilité du prêtre. Les chants et les prières sont choisies par la famille qui est souvent appelée à participer à la cérémonie par la lecture de textes appropriés. Il est rare que le prêtre accompagne le corps au cimetière.

Selon le rite traditionnel
Contrairement au rite précédent, les cérémonies selon le rite tridentin sont très codifiées. Dès l’agonie, le prêtre, la famille et les proches se réunissent, autant que de possible, autour du malade pour la cérémonie de l’administration de l’extrême-onction, qui fait partie des 7 sacrements de la vie du chrétien (le premier de ces sacrements est le baptême). – À l’origine, l’extrême-onction était administrée par un prêtre à des malades pour qu’ils guérissent. Après le XIIe siècle, les rituels comportaient des prières, une onction et l’imposition des mains. Il n’est pas réservé aux mourants contrairement à l’idée communément admise. Le rituel prévoit aussi la célébration d’une « messe (votive) pour implorer la grâce d’une bonne mort »- Le prêtre accorde la bénédiction papale (avec indulgence plénière à l’heure de la mort). L’on récite le confiteor, les prières des agonisants. Quand le malade a rendu l’âme, l’on chante ou l’on récite le « Subvenite ». Lors de la veillée funèbre (chez le défunt ou à la chambre mortuaire), l’on récite le chapelet et l’on chante le Salve Regina ou tout chant approprié. A la levée du corps, le prêtre l’asperge d’eau bénite et récite ou chante le psaume 129, De profundis. En se rendant à l’église, le psaume Miserere. A l’église, l’on chante (sauf durant le Triduum pascal ou l’office est simplement récité) le requiem puis a lieu l’absoute. Ensuite, la dépouille est conduite en procession au cimetière au chant du In paradisum.
Le pape Benoît XVI a autorisé l’utilisation des livres liturgiques de 1962 par son motu proprio Summorum Pontificum.

Islam
L’agonie
Le mourant est veillé par un imam et les proches qui récitent le Coran. Il est installé de telle manière que son regard porte vers La Mecque. S’il le peut, il doit réclamer la shah ada, c’est-à-dire la profession de foi du musulman, l’un des cinq piliers de la foi. S’il est incapable de parler, c’est un membre de sa famille, une autorité religieuse ou un médecin musulman qui s’en charge, en levant l’index du mourant pour que Dieu reconnaisse la personne. Deux anges emmènent alors le mort au ciel.

L’inhumation
Elle doit se faire avec diligence, en principe avant le coucher du soleil. L’islam autorise l’inhumation en pays non musulman, dans un « carré musulman », traditionnellement en la seule présence des hommes et cela pour éviter aux femmes d’assister à une scène qui peut les émouvoir… et de préférence le vendredi. Le Coran ne proscrit la mixité hommes/femmes qu’à la mosquée. La toilette du défunt se fait avec grande pudeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec